L'actualité de la course

Le chavirage de Drekan Groupe et le sauvetage des deux co-skippers

Le chavirage de Drekan Groupe et le sauvetage des deux co-skippers

C’est un peu avant 22 heures hier soirn qu’Eric Defert et Christopher Pratt ont chaviré sur leur Multi50. Drekan groupe évoluait dans l’Est des Açores au portant par 25 nœuds de Nord-Est avec des grains violents à 35 nœuds et une mer croisée. Le bateau n’était pas sous pilote automatique. Eric et Christopher ont juste eu le temps de rentrer dans l’habitacle avant que le bateau se retourne complétement. Ils ont revêtu leur combinaison de survie et déclenché leur balise Cospas Sarsat.

Le MRCC de Punta Delgada a reçu l’appel de détresse à 20h58 TU et prévenu la direction de course. Christopher Pratt a de son côté pu appeler Sylvie Viant (directrice de course) sur le téléphone Iridium de secours pour lui dire que ni lui ni Eric n’étaient blessés.

Le bateau se trouvant à 380 milles de l’île de Terceira (Açores), aucun hélicoptère n’avait l’autonomie pour aller sur zone. Le MRCC a donc décidé de dérouter le cargo le plus proche MRV Beautriton, battant pavillon hollandais, distant de 30 milles du trimaran retourné. Un patrouilleur de la marine Portugaise a aussi été affrété sur zone pour aider aux opérations de recherche.

A 1h34, le Bautriton annonce au MRCC qu’il a localisé Drekan Groupe et pu discuter en VHF avec l’équipage. Compte tenu des conditions météo, ils décident d’un commun accord d’attendre le lever du jour pour procéder au sauvetage et de rester en veille à proximité de l’épave. C’est finalement à 9h38 que le Beautriton met un canot de sauvetage à l’eau et récupère les deux marins sains et saufs. Le cargo se dirige vers Georgetown aux Etats-Unis.

A la demande du MRCC et conformément à la Réglementation maritime internationale, Eric Defert a éteint la balise Sarsat avant de quitter le bord (elle a pour fonction la localisation et le secours portés aux marins uniquement). Il n’y a donc aujourd’hui plus aucune localisation de l’épave de Drekan Groupe. On ne sait pas encore si des moyens de récupération vont être mis en place en estimant sa dérive.

C’est évidemment un coup dur pour le skipper qui avait eu beaucoup de mal à boucler son budget, faisant appel aux solidarités locales avant le départ du Havre.