L'actualité de la course

Les premiers mots de Leonardo Chicourel et José Guiherme Caldas, Mussolo Team 40 Angola Cables

Les premiers mots de Leonardo Chicourel et José Guiherme Caldas, Mussolo Team 40 Angola Cables

Quel accueil pour l'équipage brésilien de la 13e édition de la Transat Jacques Vabre ! De retour en leur pays, Leonardo et José ont été fêtés en héros. Beaucoup d'émotions à leur arrivée au ponton de Salvador de Bahia et une grosse envie d'y retourner en 2019...

« Pour tous les deux, c’était une grande première, surtout que le Class40 n’est pas un bateau que l’on connaît au Brésil, on a quand même fait un bon début de course. Deux jours après le départ, on a dû s’arrêter près de 30 heures, et on a décidé de continuer. On savait qu’on n’aurait plus aucune chance pour les premières places. Le but était d’arriver, et maintenant je vais me préparer pour la transat 2019 ! Mon skipper est de Salvador de Bahia, il est très bon navigateur. On a fait ensemble la Cape 2 Rio, avec le record de la traversée en 16 jours, c’est pour ça qu’on avait décidé de faire la transat un peu au dernier moment. On a changé le bateau quinze jours avant le départ !

Le meilleur moment, c’est être au départ de la Transat Jacques Vabre, c’était incroyable, un rêve de tous les navigateurs. C’était très émouvant.

J’avais déjà fait cette traversée 5 fois, on a eu de la chance dans le Pot au noir. On a fait quelques détours par l’Afrique… Nous, ici, on est habitué au Pot au noir, car le long des côtes brésiliennes, il y a des systèmes météo comme le Pot, on est habitués.

Les latins sont toujours émus… On a été reçu par tous les gens qui aiment la mer ici, c’est comme un rêve qui se réalise.  On est très émus parce qu’on a eu des difficultés pour être au départ de la transat. Mais la traversée a été merveilleuse, ça compense les difficultés. J’habite au Brésil, mais j’essaye de développer la voile en Angola. »